BERK

Bauclub

Details

2022
DB consulting (Stabilité), Earth&Bee (PEB), Bureau Grégoire (CSS)
Description du projet
BERK est un projet de transformation d'un logement aux étages supérieurs d'une maison mitoyenne (deux façades). Il s'agit d’une maison bruxelloise typique sans particularité remarquable.
Travailler l’existant, le réinterpréter, l’adapter aux exigences actuelles (spatiales, énergétiques, structurelles…) est et sera un enjeu majeur des architectes aujourd’hui.

Grâce à une simplicité et efficacité d’interventions sur le bâti existant, BERK propose des espaces variés, flexibles et adaptés. Le respect du « déjà-là » participe à la richesse du dialogue entre l’existant et l’intervention.

C’est une intervention humble, presque introvertie qui , grâce à une simple réorganisation de l’espace propose des nouvelles séquences spatiales, des nouvelles vues, des espaces baignés de lumière naturelle et des espaces ludiques et expressifs.
Destinée à accueillir une famille d'illustrateurs et leur fille, la maison présentait des espaces fragmentés et peu qualitatifs. Le projet, grâce à des interventions ponctuelles sur le bâti existant, est un exemple d'interprétation de cette typologie bruxelloise souvent banalisée.

On accède au logement par le niveau des chambres à coucher. En montant par l’escalier glissé dans la faille, on y découvre la cuisine et les espaces polyvalent pour finalement accéder au séjour sous la toiture.

La bibliothèque accompagne la circulation verticale à travers tous les logements sur 3 étages.

La circulation verticale crée une faille qui traverse tout l’espace et est perceptible de partout. Des vues obliques sont créées et plusieurs niveaux de lecture de l’espace possibles. Les séquences sont réfléchies de manière à découvrir graduellement les différents niveaux, - que l’on soupçonne depuis l’entrée - et à révéler la matérialité projet. Tel un lieu sacré, auquel s’apparente un espace qui accueille la vie de famille, le regard est amené vers le haut une fois le paillasson franchi.
Le projet pose plusieurs questions sur les enjeux de la rénovation et réhabilitation de la maison bruxelloise et propose une nouvelle manière d’habiter cette typologie.
Dans ce cas-ci, la construction d’un peu moins de six mètres de large (entre mitoyens) et d’une dizaine de mètres de profondeur, bénéficie grâce à la transformation intérieure d’une diversité de vues obliques, verticales et horizontales, intérieures et vers l’extérieur. Chaque membre peut décider si et comment il souhaite être ensemble. Grâce au jeu entre les deux parois, l’une épaisse, imposante en maçonnerie (existante) et l’autre légère en bois et matériaux translucides (nouvelle) laisse place au choix d’être seul et intime ou commun et social.

La lumière naturelle zénithale qui traverse le bâtiment de haut en bas est le repère à tous les étages.

Un espace en plus, non défini qui lie les espaces de vie et l’espace extérieur afin de permettre une flexibilité des usages et une évolution de fonction dans le temps.

Ce projet était pour nous une manière de s’amuser des espaces connus, répétés, banaux, pour proposer une nouvelle manière d’habiter et révéler le « déjà-là ».
L'utilisation de l’existant comme base de conception et réalisation. En acceptant les éléments déjà construits comme élément de composition, le projet se libère des idées pré-établies d’un logement bruxellois. La juxtaposition des éléments existants et nouveaux créée des surprises spatiales et sensibles.

Grâce au simple déplacement de l’escalier, chaque espace bénéficie d’un contact direct avec l’extérieur et plus de surface qualitative ( le long de la façade ) accueille les espace de vie de famille.

Discrète depuis l’espace public, ce n’est que lorsqu’on entre dans le logement que l’on découvre l’intervention, et l’on pénètre un lieu à l’identité forte et qui correspond aux usages de la famille.

Espace confortables et flexibilité des espaces.
Le travail de l’intérieur, les jeu de perspectives – le regard peut s’échapper verticalement et horizontalement avec un élément transversal qui structure l’espace par la lumière naturelle et la circulation.
L’utilisation du déjà la et flexibilité des espaces proposés permet des espaces à résistant l’épreuve du futur.
La frugalité en terme de mise en œuvre. Tout ce qui a pu être récupéré, réutilisé, réinterprété a fait l’objet d’études à l’instar des chevrons, du plancher, des murs,…
La durabilité étant au centre des réflexions, la rénovation a toujours été préférée à la démolition. En laissant beaucoup de place au chantier, les imprévus sont transformé en réel catalyseur de conception durable intégrée. Les espaces polyvalent et évolutifs, permettent d’allonger considérablement la durée de vie des projets.
La réutilisation des éléments existants comme éléments spatiaux. Ex : gitage, brique, charpente, ouvertures,…
Le mur de refend est maintenu comme un objet mis à nu, et au-delà de son rôle structurel devient un élément spatial qui de par son percement, et la paroi qui lui fait face, crée des relations spatiales horizontales et verticales.
Edition 2022

Voir les gagnants

Découvrez les gagnants de l'édition 2022 des Belgian Building Awards

Découvrez les photos

des éditions précédentes

Cliquez pour voir les albums