Habitat Groupé Saint-Servais

SPECIMEN

Documents

169_GEM_PLANS.pdf

Details

Copropriété privée
Namur
2021
https://specimen.archi/works-998-gem
Stabilité: B Solutions, Entreprise: TS construct
Description du projet
Habitat groupé incluant 7 logements et des bureaux en centre urbain. Le rez-de-chaussée est conçu comme un socle abritant des bureaux et des espaces communs qui s’ouvrent sur les espaces extérieurs communs. Sur ce socle, viennent se poser les logements, construits en CLT. La spécificité du projet réside à la fois dans la programmation mais aussi dans le processus de conception qui s’est fait dans une démarche participative avec les habitants. Il est important de re-réfléchir la manière dont on habite (en ville). La philosophie étant d’accepter de réduire la taille de son logement individuel en compensant avec des espaces partagés ce qui permet de créer du lien, de dynamiser les interaction, de créer un endroit favorisant les échanges, l’entraide, le partage.
Il s’agit d’un projet novateur et riche de sens dans la mesure où il explore des nouveaux modes d’habiter. Ce type de démarche permet d’explorer des alternatives aux logements qui permettent de rendre la ville plus hospitalière, de favoriser la mobilité douce de reconstruire celle-ci avec une démarche humaine et eco-responsable. Dans ses usages, le bâtiment permet une grande souplesse et beaucoup de polyvalence. Les surfaces consacrées aux espaces communautaires permettent d’offrir aux habitants des zones appropriables en dehors de leur logements. Ce dispositif très simple rend l’habitat plus résiliant. Les voisins se connaissent, partagent, portent des projets communs. Les logements sont qualitatifs, traversants et confortables. Ils jouissent tous d’espaces extérieurs privés en plus des jardins communs. Chaque famille a pu adapter les plans en inversant par exemple, les espaces jour et les espaces nuit, en intégrant ou non un balcon, en divisant les espaces de vie etc… Il en découle une variation dans les typologies de logements qui transparait dans le discours en façade. Une grammaire a été mise en place de manière à ce que la répartition des espaces intérieurs se lise en façade.
Le bâtiment s’implante sur une parcelle en retrait par rapport à la rue largement verdurisée. L’arrière du site donne sur un ravel. Un recul a été ménagé du côté mitoyen, ce dégagement permet l’accès au différents logements et des l’implantation de panneaux solaires.
L’immeuble se déploie sur trois niveaux et une toiture terrasse. Le rez-de-chaussée abritant les surfaces communes et les locaux professionnels alterne de grandes surfaces vitrées et des murs en briques qui permettent de jouer avec les perspectives et d’agrandir visuellement l’espace. Les espaces sont partagés par des cloisons amovibles ce qui permet une grande souplesse d’usage dans la durée de vie du bâtiment.
Sur ce socle en béton, viennent se poser les logements conçus en bois sous forme de duplex.
Le fait que les logements soient situés aux étages permet de différencier clairement les fonctions. Cette distinction est perceptible aussi depuis l’extérieur : Un matériau plus minéral et résilient a été choisi pour le rez-de-chaussée qui jouxte les espaces semi-publics. Alors que le bois brûlé a été choisi pour habiller le volume en bois des logements.
La toiture plate est une terrasse dont les logements bénéficient qui est destinée à être aménagée en potager accessible depuis les logements ce qui offre un autre terrain de détente et d’échanges.
Il s’agit d’un bâtiment très basse énergie. Outre le fait que l’enveloppe du bâtiment est très performante, les choix ont été, orientés vers des matériaux écologiques et bio-sourcés. La plus grande partie de la structure est réalisée en CLT avec du bois provenant d’Allemagne. Il s’agit d’une technique de construction en bois massif qui est, par nature un matériau renouvelable, isolant, et qui a capturé, au cours de sa croissance plus de CO2 que ce qui a dû être produit pour sa mise en oeuvre. En outre, le CLT peut servir de finition à l’intérieur des logements ce qui a évité de devoir encore appliquer des nouveaux matériaux. Tout le volume logement est habillé en bois brûlé. Ce traitement naturel protège le bois sans qu’il soit nécessaire de le recouvrir de protections. D’un point de vue technique les faibles besoins en chaleur du bâtiment sont compensés par des pompes à chaleur combinés avec des panneaux solaires qui permettent une consommation de ressources minimale. Les techniques et mises en oeuvres choisies l’ont été dans une optique d’économie de matériaux. Il ne s’agit pas de grandes technologies mais de travailler avec le bon matériau au bon endroit: Simplicité et bon sens.
Le caractère durable du projet s’apprécie à la fois dans les choix d’aménagements et le mode constructif mais aussi dans les usages qu’il permet. Les aménagement ont été pensés pour être réversibles et permettre des évolutions dans les spatialités. Cette manière de réduire le risque d’obsolescence et de non adéquation aux usages est une façon de penser la durabilité. Les modes constructifs ont également été orientés vers des matériaux bio-sourcés. La structure en bois, puit de carbone, le choix d’isolants en fibre de bois, l’économie de matériaux… Tout cela s’ajoute aux faibles besoins énergétique du bâtiment. D’autre part, le nouveau bâtiment s’implante dans les limites existantes, le reste de la parcelle qui était autrefois recouvert de béton a été rendu perméable par la création de jardins. Enfin, la durabilité se retrouve dans les usages: La mixité des fonctions permet un usage alterné des ressources (solaires, espaces partagés). Mais le point fondamental sont tous ces espaces communs (cuisine en lien avec le jardin, chambre d’amis, buanderie, potager…) qui font partie de la solution pour construire des villes plus durables et solidaires.
Edition 2022

Voir les gagnants

Découvrez les gagnants de l'édition 2022 des Belgian Building Awards

Découvrez les photos

des éditions précédentes

Cliquez pour voir les albums